Zéro de conduite de Jean Vigo (1933) Les fraises sauvages de Igmar Bergman (1957) La collectionneuse de Eric Rohmer (1967) Wanda de Barbara Loden (1970) Family life de Ken Loach (1971) Salamandre de Alain Tanner (1971) Nathalie Granger de Marguerite Duras (1972) Les Arpenteurs de Michel Soutter (1972) Mes petites amoureuses de Jean Eustache (1974) Général Idi Amin Dada de Barbet Schroeder (1974) Si j' te cherche j' me trouve de Roger Diamantis (1974) Au fil du temps de Wim Wenders (1976) L'empire des sens de Nagisa Oshima (1976) Elle deux de Marta Meszaros (1977) La vie de Jesus de Bruno Dumont (1977) My dinner with André de Louis Malle (1981) A nos amours de Maurice Pialat (1983) Papa est en voyage d'affaires de Emir Kusturica (1985) Le sacrifice de Andreî Tarkovski (1986) Agent trouble de Jean-Pierre Mocky (1987) La double vie de Véronique de Krzystof Kieslowski (1991) Tiens ton foulard Tatiana de Aki Kaurismaki (1993) La promesse des frères Dardenne (1995) La rencontre de Alain Cavalier (1996) Reprise de Hervé Le Roux (1996) La moindre des choses de Nicolas Philibert (1996) Ressources humaines de Laurent Cantet (1999) Little Senegal de Rachid Bouchareb (2000) La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001) Brodeuses de Eléonore Faucher (2003) 10e chambre de Raymond Depardon (2003) Quand la mer monte de Yolande Moreau et Gille Porte (2004) Roger Diamantis ou la vraie vie de Elise Girard (2005) Bamako de Abdferrahmane Sissako (2006) Les climats de Nuri Bilge Ceylan (2006) Dans la vie de Philippe Faucon (2007) Séraphine de Martin Provost (2008) Versailles de Pierre Schoeller (2008) Zéro de conduite de Jean Vigo (1933) Les fraises sauvages de Igmar Bergman (1957) La collectionneuse de Eric Rohmer (1967) Wanda de Barbara Loden (1970) Family life de Ken Loach (1971) Salamandre de Alain Tanner (1971) Nathalie Granger de Marguerite Duras (1972) Les Arpenteurs de Michel Soutter (1972) Mes petites amoureuses de Jean Eustache (1974) Général Idi Amin Dada de Barbet Schroeder (1974) Si j' te cherche j' me trouve de Roger Diamantis (1974) Au fil du temps de Wim Wenders (1976) L'empire des sens de Nagisa Oshima (1976) Elle deux de Marta Meszaros (1977) La vie de Jesus de Bruno Dumont (1977) My dinner with André de Louis Malle (1981) A nos amours de Maurice Pialat (1983) Papa est en voyage d'affaires de Emir Kusturica (1985) Le sacrifice de Andreî Tarkovski (1986) Agent trouble de Jean-Pierre Mocky (1987) La double vie de Véronique de Krzystof Kieslowski (1991) Tiens ton foulard Tatiana de Aki Kaurismaki (1993) La promesse des frères Dardenne (1995) La rencontre de Alain Cavalier (1996) Reprise de Hervé Le Roux (1996) La moindre des choses de Nicolas Philibert (1996) Ressources humaines de Laurent Cantet (1999) Little Senegal de Rachid Bouchareb (2000) La sociologie est un sport de combat de Pierre Carles (2001) Brodeuses de Eléonore Faucher (2003) 10e chambre de Raymond Depardon (2003) Quand la mer monte de Yolande Moreau et Gille Porte (2004) Roger Diamantis ou la vraie vie de Elise Girard (2005) Bamako de Abdferrahmane Sissako (2006) Les climats de Nuri Bilge Ceylan (2006) Dans la vie de Philippe Faucon (2007) Séraphine de Martin Provost (2008) Versailles de Pierre Schoeller (2008)


En 2012, le Cinéma Saint-André des Arts a déjà présenté plus d’une quinzaine de films, majoritairement autoproduits (fictions, expérimentaux ou documentaires) qui ne trouvaient pas de salle pour être montrés. De l’incontournable réalisateur Jean-Marie Straub jusqu’à l’expérience de Jean-Claude Taki en passant par Marcel Hanoun, ou Nicolas Leclère. Désormais chaque jour les deux premières séances (à 13h00) vous font connaître et partager les découvertes de Dobrila Diamantis. Le Cycle a pour vocation de donner leur chance à une multitude de films qui se veulent indépendants et défendent la liberté de penser. Réalisés par des passionnés de la caméra, ces films sont une occasion pour le public de découvrir un autre cinéma, un cinéma plus libre, plus exotique puisque par définition il se détache des productions formatées que nous connaissons aujourd’hui.

Tarif unique / 6,50€ la place
---

VOLODARKA
de Nathalie Vannereau
Sortie le 27 avril 2022

Volodarka est le nom d’un village zone 4 depuis la catastrophe nucléaire 1986. Cette année-là, Vassili et Viera se rencontraient. Lui, soldat réserviste rappelé dans la nuit du 27 au 28 avril pour une mission obligatoire vers la centrale de Tchernobyl. Elle village avec ses trois enfants. « Chez nous on n’a pas peur de la radiation, on n’en parle pas. » En bordure de la zone d’exclusion nucléaire autour de Tchernobyl, la vie ordinaire l’ennui, les chants, le souffle, fut vies invisibles, exilées dans leur propre terre. Voyage dans un non-lieu de poussière Une autre figuration du réel s’annonce. La terre maudite est aussi une puissance d’avenir qui bourgeonne, que l’on cultive, qui nourrit tout espoir. A travers la banalité du quotidien et la précarité des vies, Volodarka questionne notre civilisation du progrès, qui, loin des premiers dieux, croyance dans l’atome et offre au silence l grands sacrifices humains. Si le 26 avril 1986, une explosion équivalente à 350 bombes d’Hiroshima a transformé la petite ville de Tchernobyl en Zone interdite, on ne saura dire quand l’événement pris fin et jusqu’où il s’est propagé... Pour la création d’une page Allociné, voici les informations dont nous avons besoin. / Les films du Rhizome Volodarka est le nom d’un village ukrainien classé nucléaire du 26 avril sili et Viera se réserviste rappelé dans la nuit du 27 au 28 avril pour une mission obligatoire byl. Elle, seule dans le Chez nous on n’a pas peur de la radiation, on d’exclusion nucléaire autour la vie ordinaire... ici les rires, l’ennui, les chants, le souffle, fut-il exténué, de ces vies invisibles, exilées dans leur propre terre. Lieu de poussière et de vent. éel s’annonce. La terre maudite est aussi une puissance d’avenir qui bourgeonne, que l’on cultive, qui nourrit tout A travers la banalité du quotidien et la précarité des vies, Volodarka questionne notre civilisation du progrès, qui, loin des premiers dieux, affirme sa croyance dans l’atome et offre au silence les plus 1986, une explosion équivalente à 350 bombes d’Hiroshima a transformé la petite ville de Tchernobyl en Zone interdite, on ne saura dire quand l’événement.

Bande annonce
---

MAÎTRE CONTOUT - MÉMOIRE DE LA GUYANE
de Xavier Gayan
Sortie le 11 mai 2022

Né en 1925 dans une famille guyanaise modeste, Auxence Contout a étudié à Paris grâce à une bourse à une époque où peu d’ultramarins avaient cette chance (une dizaine d’années après Léon Gontran Damas et Aimé Césaire). Il a consacré sa vie à explorer la culture créole guyanaise, contre-culture née de la privation des droits élémentaires des esclaves venus d’Afrique qui s’est enrichie d’influences amérindiennes, européennes, indiennes, chinoises… Homme de transmission, il a partagé sans relâche ses connaissances sur les contes, les proverbes, la langue, les danses, le carnaval… Pour en retrouver les origines, il a dû entreprendre un voyage passionnant dans les cultures du monde entier.

Les rencontres :

Jeudi 12 mai Marie-Laure Garnier chanteuse Lyrique Guyanaise et Igo Drané Conteur d’origine Martiniquaise

Vendredi 13 mai Igo Drané Conteur

Lundi 16 mai Chantal Loïal Danseuse et chorégraphe d’origine Guadeloupéenne 

Samedi 21 mai Malia Metella Médaillé Olympique de Natation Guyanaise et Roland Gori Psychanalyste


Bande annonce



PROCHAINEMENT

L’OMBRE DES PERES
de Christine François
Sortie le 25 mai 2022

Certains hommes redoutent de mourir au même âge que leur père, particulièrement quand celui-ci est mort jeune. Le film suit Cyril Casmèze, comédien et performeur zoomorphe, qui a fait du travail sur l’animalité un mode de protection et de survie, et Cyrill Renaud, le fils du cinéaste Renaud Victor, qui porte le poids d’une œuvre inachevée…

Bande-annonce

---

PINONCELLI
de Virgile Novarina
Sortie le 8 juin 2022 

Depuis ses deux attentats au marteau contre l’urinoir de Marcel Duchamp en 1993 puis en 2006, l’artiste Pierre Pinoncelli est connu dans le monde entier pour cet acte iconoclaste et subversif. Souvent mal interprétée par la presse, cette double performance, et les procès qui l’ont suivie, ont occulté le reste de son oeuvre : ses peintures des années 60, et les nombreux happenings percutants qu’il a réalisés. Pinoncelli a aspergé André Malraux de peinture rouge en 1969, braqué une banque pour protester contre l’apartheid en 1975, et il s’est mutilé en 2002 pour dénoncer la violence des FARC en Colombie. Souvent motivé par des revendications politiques, Pinoncelli a été au bout de ses idées et s’est exprimé par des gestes souvent choquants, qui nous interrogent.

Parallèlement aux projections du film, deux expositions Pinoncelli seront présentées à la Galerie Hervé Courtaigne et à la Galerie Satellite à Paris :« Création-Rébellion », Galerie Hervé Courtaigne, du 2 au 25 juin
https://www.hervecourtaigne.com/« Braqueur de banque, souilleur de ministre, casseur d’urinoir », Galerie Satellite, du 10 juin au 2 juillet
https://galeriesatellite.jimdofree.com/